...

Publié le par AL

Malgré l’interdit, des souvenirs photographiques subsisteront

Je pleurerai sur les roses fanées

Malheureusement mon cadavre sera laid, plus laid encore que mon corps vivant

Je préfère ne pas m’interroger sur l’identité des pleureuses

Redressé, je suis toujours au milieu de l’onde, le rhum ne m’aura permis qu’une translation provisoire, et pas assez lointaine

Insatisfaction et frustration face à la prostituée pourtant payée

L’alcool, peut-être, les scrupules probablement surtout

Elle n’a cependant pas ménagé ses efforts

Œil fixé sur le velours rouge de l’ascenseur qui mène vers une sortie trop rapide

L’explication passera en une ellipse

Les vecteurs transportent même les corps

Encore un exemple de l’esprit cartésien qui toujours, même embrumé par des vapeurs de toute nature, raisonne, même erroné, perturbé par un esprit rond qui dépasse du carré

Je ne suis jamais vraiment rentré dans les maths, toujours une pièce non imbriquée

Je me cogne aux tréteaux

Et manque une représentation théâtrale

Pause bucolique du train, rêve de braquage

« Vous allez où ? »

« Je rentre chez moi… »

Publié dans Scribouillages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article